Le Noël de Karen Young: histoire et musique classique

Nous somme le 2 décembre. Le Vieux Port de Montréal porte son attirail festif : ça sent le sapin et le feu de joie dans les rues. Ce soir, nous assistons à un concert de Noël atypique.

Construite en 1771, la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est la plus vieille chapelle de Montréal. Adjacente au Musée Marguerite-Bourgeoys, celle-ci regorge d’histoire et présente de façon hebdomadaire plusieurs événements musicaux. En décembre, y sont présentées entre autres Les Choralies, une série de concerts de chant sur la thématique de Noël.

Ce soir avait lieu le concert d’ouverture de l’événement, Lux Hodie – Célébration de la lumière. Karen Young y présentait ses chants de Noël en compagnie de la harpiste Eveline Grégoire-Rousseau et de six choristes de grand talent: Rebecca Bain, Coral Egan, Linda Morrison, Annie Poulain et Angèle Trudeau.

Avant que le concert débute, on ne peut s’empêcher de contempler les murs et le plafond de la chapelle qui sont de véritables chefs-d’oeuvre d’architecture baroque. On remarque les détails chargés d’histoire, tels les petits bateaux sculptés en bois surplombant nos têtes, approvisionnés de lampions allumés jadis par les femmes de marins inquiètes pour leurs maris partis en mer.

15320366_10210743800087539_1605731184_n

15328287_10210743809047763_1293365906_n     15310316_10210743808807757_988119265_n

Karen Young

La chanteuse et musicienne de renommée mondiale, Karen Young était l’artiste en vedette de ce concert de chant. En plus d’avoir fait sa marque comme chanteuse dans le milieu jazz,  elle s’est attaquée à plusieurs styles variés depuis le début de sa carrière, dont le world, le classique et le folk.

unnamed

C’est dans les années 80, en chantant avec des choeurs de musique ancienne, que son intérêt pour la musique chorale s’est développé. En 2015, elle sort l’album Missa Campanula, une messe chorale chantée a cappella pour double-choeur, quintette de solistes et petit choeur de sopranos ainsi que l’album jazz You Make Me Feel So Young

Récipiendaire du Prix Oscar-Peterson en 2016 (prix remis à un musicien ayant contribué de façon exceptionnelle  au développement du jazz canadien), elle a aussi reçu le Prix Félix de l’album jazz en 1988 avec Michel Donato pour Contredanse, et celui de l’album classique vocal en 2008 pour l’album Âme, corps et désir. Passionnée par l’histoire de la musique et la musique d’autrefois, elle nous présentait ce soir avec Lux Hodie, un concert original qui puise dans les artefacts du chant choral. Telle une historienne nous racontant Noël, Karen Young nous préparait à un concert recherché, complexe et magnifique.

Un répertoire original et chargé d’histoire

On pourrait s’attendre aux fameux classiques de Noël. Mais non, Karen Young nous surprend. Ce que l’on entend provient d’un autre monde, des recoins d’un autre univers, d’un temps à présent révolu.

Le répertoire fascinant est composé de morceaux dont les versions originales, écrites par des compositeurs inconnus, furent maintes fois remaniées et adaptées à travers les siècles. Bien que continuellement racontée, l’histoire de Jésus prend ici une tout autre dimension à travers les chants présentés ce soir par Karen Young et son ensemble.

Tel un morceau d’histoire chanté, chaque oeuvre possède sa propre signature. Non seulement ce concert éblouit par la qualité des voix de ses interprètes, mais aussi par sa capacité à nous raconter une version originale, peut-être même oubliée, de notre propre histoire. Et dans l’enceinte d’une chapelle recouverte de dorures et de fresques de plus de 300 ans, cette musique prend encore davantage de sens et d’intensité.

Wexford Carol, est d’ailleurs un des morceaux forts du concert, où Coral Egan livre un solo à vous donner des frissons.

Pour tous ceux qui souhaitent assister à un concert à la fois original et qui surpasse nos chants de Noël traditionnels, vous serez ravis par les concerts présentés durant Les Choralies.

À ne pas manquer: le concert de clôture du 23 décembre qui présentera les Cantates 16 et 41 de J.S. Bach, interprétées pas l’Ensemble Da Capo, sous la direction de Jean-Pierre Brunet.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s